En 2014 déjà, 74 % des salariés envisageaient de changer de vie, et 60 % des actifs avaient déjà connu un changement d’orientation professionnelle*. Dans un monde en perpétuel changement, le secteur du travail connaît aussi d’importants bouleversements. Notre rapport au travail et à l’entreprise n’est plus le même qu’il y a quelques décennies, et la reconversion professionnelle est beaucoup plus d’actualité.

Pourquoi faire appel à la reconversion professionnelle ?

On parle de reconversion professionnelle lorsqu'un(e) salarié(e) prend l'initiative de changer partiellement de travail ou de statut. La plupart du temps, la reconversion consiste en une formation, un bilan de compétences ou un coaching permettant d'acquérir les compétences nécessaires pour le poste que vous convoitez. Elle peut être le résultat d’un choix personnel (vous ne vous retrouvez plus dans votre poste actuel, vous souhaitez fuir les bullshit jobs, etc.) ou la conséquence d’un facteur extérieur (difficulté de trouver un emploi, inaptitude suite à un accident, licenciement, etc.).

Aujourd’hui, les raisons de reconversion sont variées : de la volonté d’être en phase avec ses valeurs ou de réapprendre une expertise, à l’ennui ou la surcharge au travail, en passant par un regret/une erreur de parcours, la soif d’entreprendre, l’épanouissement... Chacun y trouve sa motivation personnelle ! En dépit des idées reçues, la reconversion n’est donc pas uniquement une conséquence d’un mal-être au travail.

Qui tente le grand saut ?

Selon une étude du ministère du Travail, entre 2010 et 2015 en France, près d’un quart des personnes en emploi avaient quitté leur profession pour une autre. Parmi eux, la plupart étaient des salariés en contrat à durée limitée. En effet, les personnes en intérim ou en contrat à durée déterminée changent plus souvent de métier et doivent s’adapter à des métiers toujours plus souples.

Au contraire, dans les secteurs de la formation, de l’éducation et de la santé, les changements se font beaucoup plus rares (moins de 5 %).

© Blake Cheek / Unsplash 

Avec une tendance chiffrée qui s’affirme depuis quelques années, la reconversion est de plus en plus envisagée dans l’esprit des employés. En effet, en 2017, selon un sondage réalisé par le groupe AEF, sur l’ensemble des personnes sondées, 9 sur 10 souhaitaient se reconvertir ou l’avaient déjà fait (dont 64 % qui avouaient y songer mais ne pas avoir encore passé le cap et qui comptaient le faire d’ici 3 ans pour 94 %), et sur les personnes ayant déjà fait une reconversion, 69 % disaient se sentir plus épanoui(e).

S’adapter au monde du travail

Si autant de personnes cèdent à la tentation de changer de carrière professionnelle, c’est aussi pour s’adapter au monde du travail qui change sans cesse. Désormais, l’idée d’intégrer une entreprise dans le but d’y rester jusqu’à la retraite, c’est fini ! C’est inévitablement une conséquence du changement des mentalités et aspirations personnelles, et ce n’est pas si mal...

© Unsplash

Et surtout, le changement n’est plus un problème aujourd’hui. Il y a encore quelques années, avoir eu de nombreuses expériences et avoir changé plusieurs fois de voie ou de travail était très mal vu, alors qu’aujourd’hui, ça peut au contraire être considéré comme une force : vous apprenez plus facilement, vous êtes habitué au changement, vous avez une capacité d’adaptation, etc. Et ces qualités sont très valorisées par les recruteurs !

Vous souhaitez rester à l’écoute de l’actualité de la formation professionnelle ? Suivez Shake My Firm sur Facebook, Twitter et Linkedin, ou inscrivez-vous à notre newsletter !

*Selon une enquête menée par Opinion Way et l’Afpa